Projet d’accessibilité rurale à Sikasso : Des avancées notables

Mme Traoré Seynabou Diop avec les maires des communes bénéficiaires du projet

La ministre des Infrastructures et de l’Équipement, Mme Traoré Seynabou Diop, a visité, du 27 février au 1er mars dans la Région de Sikasso, certaines infrastructures réalisées par le Projet d’accessibilité rurale (PAAR), une initiative du gouvernement du Mali avec l’appui financier de la Banque mondiale.
Cette visite intervenait après celle de Koulikoro le mois dernier. Sikasso et Koulikoro constituent les deux zones d’intervention de ce projet. À Sikasso, le coût global des travaux de la phase I du PAAR est estimé à plus de 5,361 milliards de Fcfa. Dans cette région, le Projet a aménagé des pistes qui ont désenclavé deux cercles, 11 communes et 36 villages.
Le projet a aussi réalisé 37 aménagements connexes dans les villages traversés, soit 14 blocs de trois salles de classes (42 salles de classes), huit points d’eau, un centre de santé construit, un autre réhabilité, un périmètre maraîcher, deux blocs d’une salle d’hospitalisation, sept clôtures d’écoles et un magasin de stockage plus bureau. Le PAAR a également constitué, équipé et formé 48 brigades villageoises.
Son coordinateur adjoint, Daouda Moussa Koné, a expliqué que son projet intégrateur réalise, outre des pistes, un aménagement connexe au niveau de chaque village. Au total, il doit aménager environ 1.700 km de pistes rurales dans les Régions de Koulikoro et Sikasso pour cinq ans. «Ces pistes doivent être construites sur la base de la méthode de traitement des points critiques. C’est-à-dire les rendre cyclables à minimum 40 km à l’heure, en toute saison pour que les populations puissent vaquer à leurs occupations et surtout faire sortir le surplus de production des lieux de production vers les lieux de consommation et de commercialisation», a-t-il précisé.
Au titre de la phase II, le coordinateur Koné a indiqué que le projet aménagera 265 km de pistes rurales dans la Région de Sikasso. Les travaux ont démarré le 1er novembre dernier pour un délai de sept mois et se poursuivent.
Quant aux aménagements connexes, ils sont au stade des études techniques.
La visite de la ministre des Infrastructures et de l’Équipement a essentiellement porté sur les tronçons Niéna-Blendio-Kesséna-Doumanani-Zibangolola sur 58 km (une piste de la phase I dont les travaux et les aménagements connexes sont terminés) et la piste Chobougou-Niamala-Tounfouga-Siola-Tinankoloba-Wola-Dionkala-Falani-Ouélassébougou-Sanso sur 61,5kms (phase II dont les travaux sont en cours). Mme Traoré Seynabou Diop a pu visiter tous les aménagements connexes de la phase I du projet. C’est une population joyeuse qui a exprimé sa reconnaissance au gouvernement et à la Banque mondiale au cours d’une cérémonie de remise des clés aux différents villages bénéficiaires du projet à Blendio.
Sétou Diarra, habitante de l’une des communes bénéficiaires, n’a pas caché sa joie. «Certaines routes étaient impraticables à telle enseigne qu’il y avait des morts. En cas de maladie qui nécessitait des évacuations, certains chauffeurs refusaient de venir à cause de l’état de dégradation des voies. Aujourd’hui, cela n’est qu’un mauvais souvenir», a-t-elle témoigné. Alassane Diallo, élève-maître a, lui, souligné que grâce à l’aménagement des pistes, le temps de parcours a été assez réduit. Les trajets qui duraient deux heures sont désormais faisables en moins d’une heure.
Au nom des sept maires, Salifou Diallo de Blendio a remercié le gouvernement et la Banque mondiale, pour l’aménagement de la piste qui facilite désormais le trafic routier et contribue à améliorer les activités économiques des populations. Il a également remercié pour les ouvrages connexes réalisés, notamment les salles de classes, les points d’eau potable, les clôtures d’écoles, la maternité d’un village, le magasin de stockage de Blendio.
Le président du conseil régional de Sikasso a indiqué que le PAAR s’inscrit en droite ligne des orientations de développement de la Région de Sikasso fixées dans le Plan stratégique de développement régional. Pour Yaya Bamba, le choix des pistes a été fait sur la base du schéma directeur de façon participative avec l’ensemble des présidents des conseils de cercles. Les aménagements connexes sont également l’expression des attentes fortes et légitimes des populations et les maires se sont fortement impliqués dans le processus.
À la fin de ce périple, la ministre Seynabou Diop a apprécié la qualité des travaux. «Ils ont été menés avec professionnalisme et sérieux. L’entreprise fait du bon travail. Il lui reste 40% des tâches à accomplir. Nous allons booster le travail à ce niveau là», a-t-elle promis. Pour elle, la phase II avance bien, les phases III et IV pourront bientôt être engagées à ce rythme là.

Aminata Dindi Sissoko L’ESSOR ( Envoyée spéciale)